Martine Aubry dévoile un programme ultra-socialiste pour le numérique

Martine Aubry a dévoilé « le programme numérique dans le projet socialiste ». Il aurait plutôt fallu titrer « Un programme socialiste pour le numérique ».

Après la lecture de ce document de 7 pages, j’ai essayé de m’imaginer qui avait pu écrire un tel pensum. J’ai pensé spontanément à des professeurs plutôt qu’à des entrepreneurs du Net. Mais en fait, ca sent plutôt le projet rédigé à la va-vite par un lumpen-intellectuel vaguement cultureux, plutôt que le fruit d’une longue réflexion d’un comité d’experts et praticiens du sujet.

Que trouve-t-on dans ce document ?

Des administrations

Pour maximiser ses chances d’aterrir à la tête d’un machin après 2012, l’auteur du document propose la création de plusieurs administrations nouvelles.

L’Etat et les collectivités locales sont convoqués à tous bouts de champs pour régler des problèmes plus ou moins réels. Les acteurs libres et privés de l’Internet ne se sont pourtant pas si mal débrouillés jusqu’à présent : la vitesse de propagation de l’Internet et des services liés a été spectaculaire et elle semble accélérer sans cesse.

Le summum est atteint avec la proposition de créer un « opérateur national public » pour assurer la couverture Très Haut Débit partout en France en 10 ans. En gros, c’est un peu comme si on avait compté sur le monopole des PTT ou de France Télécom pour développer l’internet en France (j’en vois qui rigolent au fond de la salle). On croit rêver. Ca me rappelle cette proposition d’un certain François Fillon qui voulait fournir un Minitel à chaque français dans les 10 ans (un chiffre magique chez nos amis politiques manifestement).

C’est à des propositions anachroniques comme celle là que l’on voit que le logiciel mental des socialistes est resté  bloqué sur les années 70.

Certes le développement du très haut débit ne va pas aussi vite qu’on pourrait le souhaiter -notamment à cause d’une réglementation inadaptée- mais si l’administration et autres entreprises d’Etat monopolistiques étaient des organisations plus efficaces que la concurrence et l’économie de marché, ca se serait vu depuis le temps…  #bull #plan_calcul. On pourrait envoyer une mission d’étude en Corée du Nord, il parait qu’ils sont très en pointe dans cette voie.

Dans le même ordre d’idée, la création d’une « Banque publique d’investissement » laisse songeur. L’Etat a vraiment une culture, un rythme de décision et une aversion au risque qui en font le pire partenaire possible pour des start ups technologiques. Pour s’en convaincre, il suffit de constater que l’Etat ne parvient pas, dans des délais raisonnables, à attribuer les 4,5 milliards du grand emprunt, pourtant annoncés depuis bientôt 2 ans. Quand les fonds vont arriver, il y a fort à parier que la plupart des solliciteurs sérieux seront déjà passés à autre chose, et il ne restera plus que les projets foireux qui n’ont pas trouvé preneur auprès des fonds privés. Là encore, pour les socialistes, seul le secteur public est réputé pouvoir résoudre les problèmes. Alors qu’on pourrait plus utilement s’interroger sur les raisons pour lesquelles les investisseurs ont fuit l’amorçage en France.

Réglementer, réguler, légiférer, protéger

Sinon le PS se propose de régler d’un coup tous les problèmes particulièrement épineux posés par l’internet (neutralité, privacy, droit à l’oubli, liberté d’expression, que l’on ne savait pas menacée…) au moyen d’une loi. Hop, voilà ! #cacestfait. Il fallait y penser ! Que ferait-on sans les socialistes ?

Martine Aubry ne va pas jusqu’à proposer des solutions concrètes pour atteindre ces nobles objectifs. Il y a beaucoup d’autres vœux pieux du même ordre dans ce « programme » qui n’a sans doute pas fait l’objet d’un travail excessif. La commande a du être passée quelque part aux environs du eG8 selon mes estimations.

On a évidemment droit aux habituels couplets sur la protection de la rémunération des créateurs, un débat obsolète partout dans le monde -ou les créateurs sont déjà passés à autre chose- mais qui semble vouloir s’incruster dans le cerveau de nos hommes politiques analogico-réactionnaires (au début j’avais écrit  « préhistoriques »). Là encore, la solution préconisée passe par la gestion collective des droits. Encore une administration donc. On pense à la SACEM, ce modèle que le Monde nous envie mais que personne n’a copié.

Des impôts

Pour financer ce programme, le PS propose logiquement de créer de nouveaux impôts. Reconnaissons lui ce courage et cette franchise.

Il faut d’abord faire payer Google et Facebook qui, on se demande pourquoi, ont voulu échapper au paradis fiscal français et sont allés s’installer en Irlande. Personne ne se demande si, au contraire, on ne pourrait pas adapter notre modèle et réduire notre fiscalité, pour attirer ces entreprises en France.

Une phrase en particulier a retenu mon attention. Je cite en entier (ca vaut son pesant de cacahuètes cubaines) : « L’acceptation des échanges de biens culturels hors marché, à des fins non lucratives, conduira les internautes à s’acquitter en retour d’une contribution individuelle au financement de la création, qui doit rester modeste et pourrait devenir socialement progressive. » En gros, on va créer un impôt supplémentaire sur ton forfait internet, mais rassure toi, tu y seras conduit seulement (ca fait moins mal), et c’est surtout les riches qui le paieront. Créer l’Impôt sur le revenu de l’Internet, il fallait y penser. On imagine déjà l’usine à gaz. Je propose de lancer un concours pour lui trouver un petit nom. Pour ma part, je suggère de l’appeler l’« eSF ».

Et comme cela ne suffira pas à assurer les fins de mois de l’indispensable Cali et autres couineurs pleurnichards de l’exception culturelle française, on taxera aussi les FAI et les opérateurs télécom de manière à assurer « un soutien massif » à la création. On imagine déjà la douloureuse « massive » pour ces salauds d’Orange (mais rassurez vous les gars, il y en encore de la place en Irlande). Et Cali aura aussi droit à l’aide de fonctionnaires assermentés pour l’aider à exporter sa création (parce qu’apparemment elle n’y arrive pas toute seule).

Propositions LOL

J’aime particulièrement celle-ci. Donner le budget de l’Hadopi -qui serait supprimé- à la CNIL. C’est plutôt drôle et cruel. La Privacy va devenir un enjeu majeur. Je suis pour. Vraiment.

Martine veut également développer la démocratie électronique parce que « les citoyens interpellent aujourd’hui directement leurs représentants par Facebook et Twitter ». Et elle en sait quelque chose Martine, elle qui n’a pas de compte Twitter et dont le dernier message sur Facebook remonte à janvier 2010 ! Mais le nègre qui a écrit le programme numérique de Martine a du oublier d’aller vérifier ou alors il n’a pas été assez convaincant.

Vœux pieux, buzz words et Geekismes

Sinon, le reste du programme est plutôt juste, mais il s’agit généralement de généralités convenues, de principes qui font consensus et de Buzz words qui ont du bien sonné dans l’enceinte de la Cantine, mais qui sont assez éloignés des préoccupations concrètes des Français moyens (Open data, diplomatie numérique…).

J’appelle ça des Geekismes : un mélange de Jeunisme et de Bushismes appliqués au web, pour  prouver qu’au PS, on est connecté (pas comme ce ringard de Sarkozy). On caresse le Geek dans les sens du poil pour faire passer plus facilement les propositions concrètes qui se résument à une accumulation d’administrations et d’impôts nouveaux.

Les grands oubliés

Pour ce qui est du cœur de la responsabilité des Hommes politiques, en gros l’e-Gouvernement, on repassera. L’e-administration, l’e-santé, etc… sont les grands oubliés de ce projet. Ce sont pourtant des sujets majeurs qui relèvent de la responsabilité directe de l’Etat, qui pourraient changer concrètement la vie des Français et résoudre tant de problèmes qui se posent à notre pays (déficits…). Mais avec les socialistes -et les politiques français général- un peu de pragmatisme, de travail de fond et d’humilité, c’est beaucoup demander. On préfère de loin multiplier les envolées lyriques sur des sujets abstraits. C’est plus facile et plus gratifiant, et ca n’engage à rien (pas de résultats mesurables à fournir).

On est donc très loin de la vision prospective et de l’ambition qu’on pourrait attendre d’une future candidate à l’élection présidentielle et d’un parti à vocation majoritaire comme le PS. Pour l’essentiel, on a droit à une idéologie issue du XIXème siècle péniblement appliquée à la technologie et aux enjeux du XXIème.

Quand je compare ce « programme » fumeux à ce que j’ai entendu en 15 minutes à New York de la bouche du Directeur aux Technologies de Barack Obama, dont les projets ambitieux, concrets et nombreux sont déjà en cours d’exécution, je me demande si nous vivons sur la même planète, et je me dis que ce n’est pas demain que la France rattrapera son retard dans ce domaine.

Retard culturel

Une fois de plus ce « programme » montre à quel point les politiques sont désarmés et désemparés face à un phénomène libertaire comme le développement débridé de l’internet, de ses technologies et de ses usages.

On sait que derrière les bonnes intentions des Politiques se cachent toujours l’arrivée de régulations, d’administrations et de taxes qui ne manquent jamais d’entraver le développement des sujets auxquels elles se consacrent. Comme les acteurs du Net l’ont dit clairement à l’eG8, le mieux, pour les autorités publiques, c’est encore de ne rien faire. En l’occurrence, ils feraient bien de s’inspirer du bon père Queuille « Il n’est pas de problème que le temps et l’absence de solution ne contribue à résoudre. »

Et pour le reste, ils devraient surtout essayer de contribuer au financement des tuyaux et nous proposer des programmes d’e-administration dignes de ce nom. Ce serait déjà bien, histoire que ce ne soit pas les acteurs privés qui se tapent tout le boulot.

5 Responses to Martine Aubry dévoile un programme ultra-socialiste pour le numérique

  1. Olivier C. dit :

    C’est triste d’être aussi subjectif. La même proposition émise par l’UMP et on vous aurait entendu applaudir à 4 mains ! Tout n’est pas parfait dans cette plateforme mais enfin le PS commence à comprendre que le numérique représente un enjeu majeur pour le pays. Au lieu de faire du militantisme borgne et destructeur, il faudrait plutôt engager un dialogue constructif. Le numérique c’est l’affaire de tous et pas d’un parti quel qu’il soit !

  2. Libertas dit :

    Le problème, c’est de devoir choisir entre la peste et le choléra en 2012. Pour qui voter ? Pour les inventeurs d’Hadopi ou pour les inventeurs de la Banque publique d’investissement ? Pour l’instant, je n’ai qu’un candidat. Il s’appelle Blanc : Vote Blanc.

  3. Cardinali André dit :

    Arnaud, je trouve tes billets très intéressants, je les suis régulièrement, je vais d’ailleurs insérer ton blog sur le mien que je t’invité à prendre connaissance.

    En souvenir d’Assay

    dédé

  4. Cardinali André dit :

    Excuse-moi, j’ai omis de te joindre mon blog

    http://soufflezsurlesbraises.com

    Mes amitiés à Jean-Claude

    dédé

  5. Tristou dit :

    Il y a deux choses que je souhaite dire à propos de cet article, qui m’ont fait réagir :

    – la première, c’est quand vous raillez le fait que les socialistes veulent résoudre toutes les questions lié au numérique au moyen d’un loi. Pour moi, il y a deux lectures de cette phrase. La première c’est de dire qu’une seule loi ne suffira pas à tout régler. La deuxième, c’est de vouloir régler un problème par un loi, parce que l’occasion se présente. Mais je me permet de rappeler que face au multiples drames de ces derniers mois / années, la réaction de Nicolas Sarkozy a été de dire : un problème, une loi. Dans ce cas votre phrase est cynique.

    – d’autre part, je trouve, que les politiques en général et tous bords confondus ne savent pas de quoi ils parlent en matière d’internet. Ils veulent faire comme s’ils étaient des pros qui savent mieux que tout le monde mais ce n’est pas le cas, c’est loin d’être le cas. Donc je pense que vous auriez pu généraliser sur les sources de rédactions de ces propositions.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 15 482 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :