Victime d’un buzz devenu ouragan médiatico-politique, la firme DSK contre-attaque

Décryptage d’un buzz médiatico-politique et d’une opération de déminage

Les faits :

  • Le Parisien publie une photo AFP de DSK descendant d’une Porsche
  • Emery Doligé publie la photo avec ce commentaire ultra soft « DSK roule en Porsche ? »
  • Je retwitte en ajoutant ce commentaire « Explosion de bling-blingomètre » dans un esprit LOL spontané
  • Atlantico est l’un des derniers média à parler de l’affaire avec une information exclusive qui ne change presque rien à l’affaire : La Porsche est une voiture de fonction du groupe Lagardère. So what ? On savait dès le premier jour que ce n’était pas la voiture de DSK via un démenti fait par son entourage et largement relayé dans les médias.

Quelques jours plus tard, me voilà au cœur d’une conspiration sarkozyste. Le Monde relaie complaisamment la thèse vendue par Ramzi Khiroun : Arnaud Dassier -il faut que ce soit moi car je fus le conseiller internet de l’UMP et de Sarkozy en 2007- a été le 1er à twitter la photo (information qui n’est pas mise entre guillemets); Elle a ensuite fait l’objet d’un buzz web, puis a été publiée par le Parisien, et enfin Atlantico (site dont je suis un des actionnaires) a publié une information que seule la Police (aux ordres de Sarkozy) pouvait avoir. CQFD. Complot sarkozyste. DSK et Ramzi Khiroun sont des victimes. Hum…

L’article du Monde est repris très rapidement par le Nouvel Observateur dans sa version on line (l’article a été supprimé depuis, du fait de mon intervention et de l’évidence de la fausseté de la thèse).

Et tous les fans de DSK, jusque là assez prostrés, de me tomber dessus sur Twitter.

Problème : tout est faux

Analysons le déroulement de l’affaire. Cela illustre bien comment l’information fonctionne au temps de l’internet et de twitter.

Le Parisien publie la photo, mais sans la commenter. Distanciation journalistique bienvenue. On laisse les lecteurs juger. J’imagine quand même que le Parisien sait ce qu’il fait. Il a choisi cette photo là, et pas une autre, pour illustrer son article sur la présence de DSK à Paris en train de préparer sa campagne. Le Parisien n’espère t-il pas un buzz dont sa version en ligne serait bénéficiaire ?

Emery Doligé, toujours à la pointe des tendances, flaire le bon coup et publie rapidement la photo vue sur le Parisien, mais reste neutre. Une fois de plus, il est le sourceur, l’influent. Ca lui suffit.

Je vois ce twitt. Je souhaite le retwitter mais j’ajoute ce commentaire « Explosion de bling-blingomètre ». C’est amusant de renvoyer la balle au favori d’une gauche qui vient de passer 4 ans à faire fructifier le Fouquet’s, le yacht de Bolloré, les montres Rolex et Patek, les Rayban… en dénonçant le Président bling Bling.

A aucun moment, je n’imagine l’ampleur que va prendre cette photo, du fait de l’intervention décisive du relais des média.

C’est là que la photo devient une affaire politique. La reprise média donne tout d’abord une tout autre ampleur à un phénomène jusque là limité à quelques centaines de milliers d’utilisateurs de twitter. Mais les médias se servent aussi d’internet pour décomplexer leur discours. En disant « Le web se déchaine contre DSK et sa Porsche » et en en tirant des analyses politiques (DSK fragilisé…), ils participent à la curée tout en rejetant la responsabilité sur le buzz web. « C’est pas moi qui le dit, c’est le web. Moi, je reste un journaliste sérieux qui ne mange pas de ce pain là. »

La photo fait l’objet d’un buzz sur twitter parce que les internautes l’ont trouvé intéressante et l’ont relayée massivement. Ce sont eux qui ont ajouté leurs commentaires comme « la Porsche tranquille » (lancé par un twittos pro-Ségolène) ou « DSK va s’en mettre plein les Porsche » et beaucoup d’autres. C’est la photo elle-même qui est le principal vecteur du buzz, et non des puissances occultes que je dirigerais. Il faut dire qu’elle a une portée symbolique réelle dans un pays qui a un rapport à l’argent névrosé, et singulièrement pour un candidat de gauche. L’ex premier secrétaire du PS -François Hollande- n’a t-il pas déclaré en 2006 « Je n’aime pas les riches », alors qu’il possédait lui-même une SCI à 900.000 euros de capital.

Atlantico est l’un des derniers médias à parler de l’affaire.  Il le fait avec un article assez soft dans lequel il publie une information inédite qui ne change pas grand-chose à l’affaire. D’où sort cette information ? On peut penser qu’il y a de nombreuses personnes qui savaient qu’il s’agissait d’une voiture de fonction et qui n’apprécient pas Mr Ramzi Khiroun. Il faut dire que demander une Porsche à 120.000 euros comme voiture de fonction, c’est d’un goût douteux, et que ca ne doit pas être très bien vu chez Lagardère, Euro RSCG ou même au PS (à la lecture des différents articles de presse, on ne sait plus trop pour qui travaille Ramzi Khiroun).

Hier soir, à 21 h, en plein concert (Saxon, gloire de la NWOBHM), je reçois un appel urgent de Raphaelle Bacqué, journaliste politique du Monde, qui vient de recevoir la version de Ramzi Khiroun qui me dénonce comme pilier d’un complot  anti-DSK ourdi à l’Elysée, avec la complicité du Ministère de l’intérieur. Je lui indique ne pas être à l’origine de la publication de la photo, je lui dis aussi qu’il est facile de le vérifier sur Twitter en remontant la time line. Il est également facile de vérifier que la photo a été publiée sur Twitter après l’avoir été sur le Parisien, contrairement à ce qu’affirme Ramzi Khiroun. Pourtant c’est sa version qui est publiée dans le Monde, parfois sans guillemets, et non la mienne, pourtant aisément vérifiable. Depuis, la version en ligne a été corrigée, et on m’a promis de le faire dans la version papier. Mais l’essentiel des lecteurs a déjà lu l’article et n’y reviendra évidemment pas. The job is done.

Ce qui est « drôle » c’est que les militants pro-DSK m’ont attribué des analyses que je n’ai jamais faites comme de dire que c’est mal d’être riche, ou qu’on ne peut pas être de gauche et riche… alors qu’elles sortent en réalité directement du subconscient de ceux qui visionnent la photo.

C’est assez étonnant de se retrouver dans la peau de Dark Vador quand on a juste retwitté une photo en mode LOL. Magie d’un monde ou se mêlent le buzz des médias sociaux, le web comme source, concurrent et excuse des média, connivences journalistes-politiques, et pratique approximative du journalisme avec publication d’informations erronées sans vérification.

Sur le fond de l’affaire, je ne regrette rien car je partage l’excellente analyse d’Autheuil : « L’élection présidentielle, c’est avant tout la sélection et la désignation d’une personne pour occuper une fonction double, à la fois de décision politique, mais aussi de représentation symbolique. C’est un poste très lourd et il est donc normal que le processus de recrutement soit minutieux »

Une chose est sûre la campagne a commencé, et DSK est mal entouré.

Une page se tourne

Communiqué de presse

Arnaud Dassier quitte ses fonctions opérationnelles de Directeur du pole digital de l’Enchanteur, l’agence de communication de TheMarketingroup, pour se consacrer au lancement d’une société de conseil stratégique digital.

Arnaud Dassier continuera d’accompagner l’Enchanteur, dans le cadre d’un accord-conseil pour les clients acquis et les compétitions commerciales les plus importantes.

Actionnaire de référence de The Marketingroup, il en devient membre du conseil d’administration au sein duquel il aura un rôle de conseil auprès du Président pour la stratégie du groupe.

Il est remplacé à son poste par Judith Mancel, anciennement Directrice adjointe du pole Digital.

Pourquoi ce blog ?

Bonjour la Blogosphère,

Le fil d’ariane de ce blog sera celui de ma vie professionnelle : l’engagement. C’est mon côté sérieux.
L’esprit sera celui du politiquement incorrect et de la « rébellion » -contre les idées reçues ou les modes du moment-. C’est mon côté rock’n’roll.

J’ouvre ce blog tardivement, au moment de quitter l’agence web L’Enchanteur des nouveaux médias créée fin 1999 avec Bruno Walther, qui clôt un second cycle professionnel, celui de l’e-marketing, après avoir passé quelques années en politique aux côté d’Alain Madelin et des libéraux.

Loic Le Meur sera content, lui qui avait regretté que je déclare en 2006 « Les blogs c’est pour les loosers » (je parlais des hommes politiques) en réponse aux journalistes qui m’interrogeaient sans cesse sur la raison pour laquelle Nicolas Sarkozy n’avait pas de blog, comme s’il s’agissait d’une marque de ringardisme. Je réagissais aussi aux excès de zèle de la mode des blogs, qui sera suivie par bien d’autres modes annuelles générant des vagues de bullshit tout aussi excessives (le 360°, le marketing viral, et maintenant le brand content,  l’influence …). C’est mon côté rebelle et pragmatique (« Une stratégie ne vaut que par sa mise en oeuvre » est une de mes citations préférées). J’espère que je ne suis pas à mon tour en train de basculer du côté de la loose. 😉 L’avenir le dira.

Sans que ce soit nécessairement conscient, je me suis aperçu, en faisant le bilan de mes 15 premières années d’activité, qu’encourager et organiser l’engagement des gens pour des idées, des actions, des communautés ou des marques a toujours guidé mon parcours et ma réflexion stratégique pour mes clients.

Je me suis engagé en 1988 lorsque j’ai rejoint le Parti Républicain (F. Léotard…), par admiration pour Ronald Reagan & Margaret Thatcher, et contribué à la création des Etudiants Libéraux à Sciences-Po. J’ai commencé à travailler en 1993 au cabinet d’Alain Madelin, Ministre des Entreprises. Nous avons créé à partir de rien un mouvement de près de 10.000 personnes -Idées Action- qui reposait sur des clubs locaux de réflexion politique. Il se distinguait des partis traditionnels par une politique d’animation (on dirait CRM aujourd’hui) volontariste consistant à fournir tous les mois aux délégués locaux des kits clés en main pour animer les réunions et débats. Nous voulions faire remonter les bonnes idées de terrain (aujourd’hui on dirait « crowdsourcing ») et motiver les militants à participer à l’action en les faisant contribuer à la réflexion (aujourd’hui on dirait que c’était un mouvement « participatif »).

Avec Bruno Walther, nous avons toujours eu, dès la création de notre agence web en 1999, une vision très communautaire et utilitaire de l’internet (aujourd’hui on dit web 2.0). Nous aurions sans doute du nous occuper d’avantage de notre projet pilote magrossesse.com, plutôt que de chercher à évangéliser un marché qui n’était pas mûre. Aujourd’hui il l’est, et mon expérience professionnelle et politique prend tout son sens. Le moment est donc sans doute bien venu pour la partager.

C’est la raison pour laquelle je crée ce blog, mais aussi un réseau de consultants en stratégie digitale qui sera lancé très bientôt.

S’engager, encourager et organiser l’engagement des citoyens et des consommateurs, notamment avec l’internet et les médias sociaux, ce sera le thème de ce blog. J’espère qu’il trouvera sa place et apportera sa modeste contribution à la grande conversation.